Love stories (1)

Voici enfin l'article tant attendu !  Sans plus tarder, je t'offre sur un plateau d'argent la première série des "love stories" qui m'ont été confiées (les 3 autres séries ne tarderont pas). Des pépites d'or de couples ordinaires, ne sortant ni de Hollywood, ni de romans à l'eau de rose. Des couples, comme vous et moi, avec leurs hauts et leurs bas - nous révélant avec humilité certaines de leurs formules secrètes pour se dire "je t'aime". Un immense MERCI à tous ceux qui se sont prêtés au jeu : que vos pépites d'or puissent être une source d'inspiration, une occasion de sourire - et parfois aussi, de verser une larme, pour tous ceux qui les lisent !

 

Ruth et Jean 

(Mes parents - cette photo a été prise le 5 septembre, 47 ans en arrière.)

Mon père est décédé il y a 2 ans.)

20180909_111824.jpg

"Il m'appelait toujours "mon Bijou".

Chaque jour, il me félicitait et me remerciait pour les bons repas que je lui cuisinais. Il disait souvent : "Pourquoi aller au restaurant, si on mange même mieux à la maison ?!" (Je lui répondais en général que cela me ferait plaisir d'aller au restaurant - pour ne pas devoir cuisiner tous les jours...)

Lorsque je devais m'absenter pour une journée ou deux (par exemple pour rendre visite à ma maman), je lui laissais toujours un billet sur son oreiller, disant que je l'aime, et que je me réjouissais de le retrouver tout bientôt. A mon retour, il m'attendait  à la gare, avec son vélo, et nous rentrions à pied en nous racontant ce que nous avions vécu durant mon absence.

Jean me surprenait régulièrement avec un joli bouquet de fleurs, et lorsque nous faisions des trajets en voiture, il aimait sentir ma main sur sa jambe - pour se sentir connecté à moi, sans paroles.

Il n'a jamais été très à l'aise pour se montrer affectueux en public, mais moi, ça me manquait. J'avais envie d'être embrassée, même devant d'autres personnes. Alors j'ai commencé à me dresser devant lui, le regardant droit dans les yeux, en lui disant : "Je t'aime, Chéri !". Lorsqu'il me répondait qu'il m'aimait aussi, je lui disais : "Alors embrasse-moi !" Au début, ça a marché dans la cuisine, puis, même au supermarché lors de nos séances de courses. C'était merveilleux de me sentir si précieuse pour lui !

Durant les dernières années de son parcours de vie, marquées par sa maladie démentielle, je lui répétais souvent que nous n'avons pas fini de rire ensemble. (Par exemple lorsqu’il ne savait plus comment mettre la table, et s’énervait parce qu’il s’en rendait compte.) A chaque fois qu'il faisait quelque chose de bizarre, je le serrais dans les bras et lui disais combien je l'aimais.

Il lui arrivait de se taper la tête contre les murs, disant "je suis fou !", je le rassurais alors en disant : "Non, tu n'es pas fou. Tu es malade. Et tu portes cette maladie comme un Prince."

 


Nicole et Philippe

priscilla-du-preez-149915-unsplash.jpg

“Tous les soirs, depuis 17 ans, le premier qui arrive à la salle de bain avant d’aller se coucher prépare déjà la brosse à dents de l’autre. Petit geste d’amour pour montrer qu’on pense à l’autre.

Tous les jours, Philippe me remercie pour les bons petits plats que je lui fais - même quand j’ai été à la bourre et que j’ai juste enfilé au four 2 pizzas surgelées ! (“Ben oui, t’as quand-même dû réfléchir à ce qu’on pourrait manger, tu t’es donné la peine de rajouter du jambon et de l’ananas, tu as mis au four, et tu as dû surveiller la cuisson ! C’est pas rien, ça !”) :-)

Un soir de l’hiver dernier, Philippe était déjà en pyjama (alors que moi pas), je devais redescendre à la ferme pour aller couvrir mon cheval - vu le froid qu’ils avaient annoncé pour la nuit. Et là, mon homme me dit de rester au chaud, il a été se changer, et il a été couvrir MON cheval. Dans ces moments-là, je ne manque pas de lui dire un tout grand MERCI…

Aussi, il ne se passe pas un matin où il oublie de me donner le bisou de “bonne journée !”, avec le “tschau tschau” traditionnel - même si je suis encore endormie ! Il ne peut pas partir sans.”


Guylène et Fabien

guylène.jpg



“Voici 2 petits Besson tips:

Le matin régulièrement on laisse un petit post-it d'encouragement. On le colle à des endroits où l'autre tombera dessus, dans l'ordi, sur le miroir, dans l'armoire du petit déj...

Le soir quand on est à la maison on se fait un "thé time" : petite théière en amoureux avec un carré de choc. Depuis notre canapé nous lisons, discutons, ou regardons un film/une série Netflix sous la couette.


Voilà.”


Elise et Guillaume

 

elise.jpg

Si on m’avait dit un jour que je t’écrirais pour te faire part de ma « recette » pour faire durer son couple, j’aurais bien ri !

Parce que :

1.       Je déteste l’idée de recettes qui marchent. Comme pour les régimes. Ou les enfants sages. S’il y avait une recette magique, ça se saurait depuis longtemps

2.       J’ai eu une phobie du mariage, de l’engagement. Et je faisais partie des gens qui clamaient « moi ? Me marier ? Pis quoi encore ?! Faire des gamins ? »

Pis la vie est ce qu’elle est. Pleine de surprises, de rencontres, de rebondissements, qui font voler en éclat vos principes (à la con). Comment ? En vous faisant croiser dans votre vie celle d’un grand barbu qui partage mes points 1 et 2. Comme quoi, hein !

 

Le 3 mars 2008, il y a donc 10 ans pile, je commençais un nouveau job, et surtout je tombais amoureuse. D’ailleurs, cette expression, elle est un peu bête. On ne tombe pas. On vole amoureux. Tout devient beau, lumineux, brillant. Je suis donc tombée amoureuse de mon collègue de travail (pour l’originalité, on repassera), dans un timing parfaitement orchestré puisque lui comme moi venions d’emménager avec nos compagnes et compagnons respectifs.

 

On a connu les rires. Beaucoup. Les chagrins aussi, face aux coups durs, à la maladie. Les complicités, en terminant les phrases de l’autre. Les silences. Les culs tournés dans le lit. Les larmes. Les joies. Les nuits blanches. Les soucis. Je n’ai aucun conseil à donner, aucune recette magique. Mais ce type… il me rend meilleure. Il illumine ma vie. Moi qui croyais que l’amour longue durée était synonyme de déclin, je me suis lourdement trompée. Il m’a emmené sur les montagnes les plus mythiques des Alpes et d’Himalaya , m’a même demandé la main au sommet du Cervin (alors que 4 ans avant, je n’avais jamais fait plus de 200m de dénivelés et j’avais une peur bleue du vide !). Je n’arrive toujours pas à me projeter dans l’avenir. Je pense que je n’y arriverai jamais. Qui serai-je dans 10, 20 ans ? Aucune idée. Mais je sais que je n’imagine pas ma vie sans lui.

 

Donc ma liste pour continuer à voler amoureuse :

 

1.       Partager des moments ensemble. En ce qui nous concerne, c’est la montagne. Mais c’est important d’avoir une passion partagée ; surtout quand on a des enfants, pour avoir encore des moments de couple (et pas seulement de famille).

2.       S’octroyer des moments seuls. Et se manquer. Perso, j’adore me faire une soirée Love Actually et pâtes trop cuites au gruyère, en pyjama. Ou partir une journée en balade, et revenir le soir pour savourer les retrouvailles.

3.       Jurer. Oui je sais c’est mal. Mais moi, quand il me gonfle, j’aime bien marmonner des injures. Ça me soulage ;-)

4.       Lui toucher la plante du pied dans le lit. Comment il fait ce type pour avoir des pieds si doux hein ?

5.       Le regarder et lui  dire qu’il est beau. J’adore le regarder. Et ce type se bonifie avec l’âge. Putain, qu’il est beau ;-)

6.       Se faire une soirée par semaine sans enfant, avec un peu de grimpe et un bon resto. Avec la bouteille de rouge qui va avec. Et 1-2 fois par année, se faire un week-end en amoureux, ou une semaine de vacances. Oui, je revendique l’égoïsme. On est une famille, mais on est aussi un couple.

7.       Rire. De tout. Surtout des trucs qui font pas rire. Quand notre petit garçon ne faisait pas ses nuits, qu’on ne dormait plus, qu’on pétait un câble, que mon mec m’avait demandé où était le biberon, je lui avais lancé un (pas subtil du tout j’en conviens, cf point 3) « dans ton cul ». ça nous avait beaucoup fait rire, surtout à 4h du matin. Et rigoler, c’est le meilleur des remèdes. Surtout de soi.

8.       Se serrer dans les bras. Avec le temps, les gestes affectueux sont moins présents. Il faut veiller à en faire. Beaucoup. Il n’y en a jamais trop. Mais en ce qui me concerne, je dois me botter le cul pour en faire plus. Faut pas croire, c’est du job, un couple..

9.       S’écrire. Un sms, un petit mot, se faire un dessin. Dire à l’autre qu’on l’aime. Les déclarations d’amour, c’est comme l’ovomaltine, il n’y en a jamais trop.

10.   Arrêter de faire des listes à la con et filer faire un câlin à son mec. “


Rosemary et Frank

shelby-deeter-193590-unsplash.jpg

“Le langage d’amour de mon mari est le toucher physique. Comme j’ai tendance à l’oublier, je me suis accrochée une belle image au salon, de deux mains qui se touchent. A chaque fois que je la vois, elle me rappelle : "Allez, va faire un câlin à Frank !””


Natalie et Dani

joshua-coleman-582803-unsplash.jpg

“Après une dispute, on a souvent le dialogue (absurde) suivant :

A:"Tu m'aimes combien sur une échelle de 1 à 10?"
B a le choix entre: "13" et "infini sidéral"
A: "Alors c'est bon."

Un autre truc:
Quand je rentre à la maison le soir, Dani m'accueille souvent de la manière suivante:
Il aboie comme un chien, enfile son bras entre ses jambes pour mimer une queue et l'agite, comme un petit chien tout content. Et ensuite il me saute dessus pour m'embrasser.

Il est fou, et je l'aime.”


Stéphanie et Samuel

pablo-heimplatz-382459-unsplash(1).jpg

"Voilà quelques petits trucs qu'on a l'habitude de faire avec Samuel, qui est mon mari depuis maintenant presque 10 ans :)
Je me lève le matin à 5h, lorsqu’il est dans la salle de bain, pour lui faire couler son café, mettre ce qu il aime dedans et le touiller avant qu'il ne descende. (J'avoue qu'il arrive occasionnellement que j'aie de la peine à m'extraire des couvertures et que j'aie une minute de retard...) Je pourrais me lever beaucoup plus tard et dormir tranquillement, mais si on ne se voit pas ces 5 minutes du matin, on a l'impression que la journée est plus longue, que ça fait longtemps que l'on ne s'est pas vus. Et même si on ne se dit pas grand chose, juste être ensemble, se faire un bisou et se dire "je t'aime, passe une bonne journée", avant de la commencer, ça nous fait du bien.
En voiture, on se tient la main.
Le soir dans la salle de bain, on se brosse les dents ensemble mais je mets ensuite plus de temps à cause de la phase démaquillage. Du coup avant de monter dans la chambre, il me fait toujours un bisou, en évitant la bouche ou il y a la brosse à dents, les joues pleines de démaquillant ou produits cosmétiques divers et variés, il se rabat donc sur les cheveux ou sur l'épaule. Il le fait tout le temps même si j'arrive dans les 5 minutes dans la chambre à mon tour, et je trouve ça mignon !
On se couche en même temps, même dans le cas où il regarde un match et que je veux lire ou regarder autre chose, il reste sur le canapé à côté...si je décide de me coucher, il vient se coucher aussi en mettant les écouteurs pour me laisser dormir, mais il sera là tout près.
Il fait exprès de chanter les mauvaises paroles des chansons en attendant que je fasse ma tête mi-amusée, mi-exaspérée, ensuite il rigole et me dit qu il aime trop quand je fais cette expression...
On s'envoie un ou deux petits messages dans la journée pour garder le lien, prendre des nouvelles ou se raconter un truc drôle. Parfois aussi pour donner un avant-goût d'un souci, si l'autre a besoin de se préparer psychologiquement.
On se regarde souvent et on se fait des compliments, on ne se cache pas l'un de l'autre pour s'habiller, se déshabiller, se doucher, etc. même si on n'est pas parfaits. On s'embrasse et on se prend dans les bras souvent, ça entretient le  désir ! Cela favorise aussi les moments intimes, pour lesquels on met du temps à part, en allant se coucher pas trop tard par exemple."


Marie-Louise et Bertrand

josh-felise-36093-unsplash.jpg

“Pépite de débile ;-) :

On avait dit que celui qui finissait un rouleau de PQ devait le changer direct, pour que le suivant ne soit pas embêté... Mais, bien sûr, des fois on oubliait ou on faisait semblant d’oublier... pas très sympa. Alors pour bien montrer à l’autre qu’il avait oublié de remettre un rouleau, on prenait le vide et on allait le mettre dans les affaires de l’autre, à un endroit insolite... alors le matin, t’arrives pour te laver les dents et entre ta brosse et ton dentifrice, tu retrouves un rouleau de PQ vide, TON rouleau vide que t’avais la flemme de changer... et du coup ça nous faisait marrer... parfois on dessinait des trucs sur le rouleau ou on mettait des messages avant de le planquer chez l’autre... bref, maintenant on ne le fait plus car on sait pas si c’est les enfants... Mais on s’est dit qu’on pourrait faire ça maintenant avec les affaires qui traînent... tiens, une chaussette qui traîne au salon... et hop! Sur le volant de la voiture... on verra si ça nous fait toujours autant marrer!

Ah, et un autre truc qu’on essaie de faire c’est les « pétages de routine » comme on les appelle.
En gros, on se rend compte que beaucoup de choses deviennent routinières, surtout avec des enfants en bas âge et avec le job, les repas... par exemple, chaque fois que je bosse pas, mon mari rentre dîner, on mange à midi ensemble à la maison, je fais la vaisselle, Bertrand s’occupe des enfants et repart bosser... la routine quoi! (mais c’est quand même aussi ça le bonheur). Bref, un jour on s’est dit, « pétage de routine », ce midi tu rentres pas, rdv sur la terrasse de ce restau et on se fait plaisir on dîne au restau en pleine semaine. C’est rien du tout et quelque chose de normal pour beaucoup, mais ce n’était pas dans notre routine, alors ça change! Ou alors décider sur un coup de tête de partir prendre un petit déjeuner je sais pas où... : pétage de routine! Apéro avec les enfants en pleine semaine au milieu du gazon: pétage de routine! Le but étant de ne justement PAS faire ce que tu crois que tu vas faire!! Ça peut être plein de choses... petits détails comme grandes escapades.”


Rachel et Wisdom

IMG_6864(4).jpg

"Chaque matin, on se sert dans les bras et on s'embrasse. On prie régulièrement l'un pour l'autre, et on se dit combien on est reconnaissants d’être ensemble. On se donne en général la main pour s’endormir. Souvent, je me lève en même temps que lui, pour lui préparer son café au miel et au chocolat (oui, je sais, c’est bizarre.. Mais il aime ça !). Quand il a neigé, il déblaie toujours ma voiture - j’adore ! (Et d’ailleurs, ce critère se trouvait sur ma liste de souhaits, lorsque je décrivais mon “futur-mari des rêves” !)

On aime bien faire à manger pour l’autre - lorsque l’un de nous est en manque d’inspiration, c’est l’autre qui prend le relais. Et comme ça, c’est toujours succulent - vu que c’est fait avec amour ! Pour nous dire au-revoir, on a une façon rien qu’à nous de nous envoyer un bisou volant.

Et on adore rire ensemble ! Il y a tellement d’occasions pour faire une blague par-ci, par-là, juste pour faire sourire l’autre. “


Marina et Jean

Marina3.png

“Efficace pour notre couple :

-       Le conseil conjugal. Alors qu’il m’a fallu persévérer pour que cela se fasse, c’est maintenant LUI qui est à fond dans le truc. Je dois dire que nos conseillers sont exceptionnels.

 

-        Chanter et faire de la musique ensemble. Si je suis énervée et qu’il se met au piano, j’oublie vite pourquoi je lui en veux !!

 

-        Des « coutûmes » comme : fêter nos « mois-niversaires » de mariage, se rendre sur les lieux de nos fiançailles, de mariage, de premier baiser. Organiser et parfois suivre nous-mêmes un cours pour couples, se plonger dans des livres qui traitent sur le couple (son préféré : « Les langages de l’amour » de Gary Chapman et le mien : « Vous avez dit oui A QUOI ? » de Gary Thomas), ou encore élaborer des projets d’avenir ensemble (voyages, dépenses, formation…).

 

-        Ne pas se comparer aux autres couples : c’est destructeur ! Surtout quand les tourtereaux (ou pigeons ?) semblent en parfaites harmonie et complicité. ;-)

On favorise l’exemple des couples plus âgés qui se bécotent en cachette, s’offrent une attention appropriée et avouent qu’il s’en est fallu de peu qu’ils ne se disent adieu. Ils ont surmonté des difficultés et cela nous édifie, parce qu’on peut s’y identifier. Et surtout, quel encouragement de savoir qu’il y a de l’espoir !

 

-         Chacun de nous a un confident. S’il nous arrivait de rencontrer une tentation ou d’être face à une faiblesse qui relève du domaine du couple, nous avons « l’obligation » d’en faire part à notre confident/e, qui saura notre encourager à tenir bon et qui priera pour nous. Nos confidents jouent d’ailleurs aussi le jeu. Une idée qu’on a retenue lors d’une conférence à la Journée One.

 

-         Jouer ensemble, prier ensemble, s’étreindre ensemble, régulièrement. Ce conseil nous vient de bons amis et il faut avouer qu’il est impossible de ne pas progresser dans le couple en l’appliquant, car si vous avez : du fun (on se marre et on se détend), une relation avec Dieu (détester quelqu’un et aimer Dieu ne marche pas, il est donc toujours et à nouveau nécessaire de se réconcilier, pardonner/demander pardon, héhéhé !!) et une belle sexualité (mon homme fait en général dans le raffiné, style : « t’aimerais pas des fois que je te culbute, là ?? ». Puis en effet, l’appétit vient en mangeant et j’ajouterais que le jeûne, c’est ok mais jamais longtemps, si possible. On essaie de mettre en pratique, ceci dit quand vous collectionnez les nuits pourries ou que tous vos enfants sont dans les parages, ce n’est pas toujours réalisable. C’est la vie !

 

-         Un tout dernier pépito d’oro, venu d’autres amis chers : coucher les enfants à 19h 1x/semaine pour souper en tête-à-tête, le top.”